Quels articles peuvent être envoyés pendant la pandémie ?

Seulement les articles de première nécessité ?

Depuis le début de l’état d’urgence décrété en raison de la crise du coronavirus, la plupart des commerces restent fermés. Il y a eu plusieurs moments marqués par l’ouverture ou la fermeture de différents types de commerces.

Mais, en général, pendant cette période de confinement, seuls les établissements physiques qui vendent des articles de première nécessité pourront rester ouverts, comme ceux consacrés à l’alimentation, les pharmacies ou les marchands de journaux, entre autres.

Avec le temps, ces mesures prises pour endiguer l’épidémie paraissent claires et connues de tous, mais qu’en est-il du commerce électronique ? Quels sont les produits que l’on peut envoyer pendant l’état d’urgence ? Savez-vous s’il s’agit uniquement des articles de première nécessité et quels sont ces articles ?

Ces questions ne sont pas encore tout à fait claires, et de nombreux acheteurs ne savent pas vraiment ce qu’ils peuvent faire et ce qui n’est pas permis. Voilà pourquoi, nous voulons vous expliquer en détail en quoi consistent les restrictions actuelles en matière d’envois et de réceptions de colis, ainsi que les normes imposées par les entreprises de logistique et de messagerie.

Prenez note de ces renseignements, et vous saurez quelles marchandises peuvent circuler aussi bien vers des destinations nationales qu’internationales.

Que peut-on envoyer et recevoir pendant l’état d’urgence ?

La première chose à savoir est que, pour le gouvernement, le transport de marchandises est considéré comme une activité essentielle. Voilà pourquoi, jusqu’à présent, aucune restriction n’a été appliquée à l’envoi et à la livraison de commandes. Ainsi, si vous effectuez vos démarches chez Packlink, nous vous garantissons que les transporteurs continuent d’offrir les services habituels, aussi bien sur le territoire national de l’Espagne qu’en dehors de nos frontières.

Mais alors, y a-t-il un problème avec le type d’articles ? Peut-on envoyer tous types d’articles ou seulement les produits considérés de première nécessité ? Ces questions ont une réponse simple et claire : on peut envoyer tous types de produits.

D’ailleurs, outre les articles d’alimentation, de pharmacie, de nettoyage ou d’hygiène personnelle (considérés essentiels), il est possible d’acheter en ligne tout autre produit, et son envoi est garanti.

La raison est qu’il est très difficile d’établir une limite entre ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas. Par exemple, il se peut que pour certains un paquet de feuilles ne soit pas indispensable, mais qu’en est-il de ceux qui travaillent de chez eux ? Et pour les millions d’élèves qui font leurs devoirs tous les jours ? (En effet, la technologie nous aide énormément et l’ordinateur est aujourd’hui notre principal allié, mais on continue tout de même d’écrire avec des feuilles et des stylos.)

Ce n’est qu’un exemple, mais il y en a beaucoup d’autres qui servent à illustrer ce qui est superflu pour certains, mais nécessaire pour d’autres : une cartouche d’encre pour l’imprimante, un vélo d’appartement ou un tapis de course, une crème hydratante pour quelqu’un qui a la peau extrêmement sèche et qui en souffre, un accordeur pour la guitare (celle qui était rangée dans un coin et que le confinement a sauvée de l’oubli)… et ainsi de suite.

Cela d’une part. D’autre part, nous sommes confrontés aux restrictions propres à chaque établissement qui gardent leurs portes virtuellement ouvertes sur internet. Parce que le coronavirus a bouleversé la consommation en ligne et ce, d’une façon inimaginable.

Actuellement, la plupart des entreprises continuent d’offrir leurs articles sur leurs sites internet, et même plus : de nombreux magasins qui ne disposaient pas de vente en ligne ont commencé à utiliser ce système afin de garantir des revenus grâce aux livraisons à domicile.

D’ailleurs, autant les centres commerciaux que les grands marketplaces, ainsi que les petits commerces de quartier, envoient leurs produits sans aucune restriction. Cependant, dans de nombreux cas, ils imposent une série d’avertissements.

Par exemple, Amazon prévient que sa priorité est de servir en premier les clients dont le « besoin est plus urgent », c’est pourquoi ils livrent d’abord certains articles de base pour la santé, l’hygiène personnelle et de la maison par exemple.

C’est-à-dire que si l’on commande un produit qui n’est pas considéré de première nécessité, l’envoi est garanti, indépendamment du type d’article, mais il se peut que la livraison ait du retard.

Et si vous souhaitez envoyer un colis, nous vous recommandons de consulter notre outil de recherche d’envois et de services. Il vous suffit de renseigner l’origine, la destination, le poids et les dimensions du colis pour découvrir, en quelques secondes, toutes les alternatives disponibles qui varient en fonction de chaque entreprise de messagerie.

Un point sur lequel toutes les entreprises de transport sont d’accord est celui des mesures pour éviter la contagion, basées principalement sur le concept zéro contact lors de la livraison des colis, dans le but de veiller à la sécurité des clients et des transporteurs.

Vous en savez désormais davantage sur la réglementation actuelle des envois autorisés pendant l’état d’urgence, mais n’hésitez pas à nous contacter en cas de questions. Et n’oubliez pas : #jerestechezmoi.

Seulement les articles de première nécessité ?Depuis le début de l’état d’urgence décrété en raison de la crise du coronavirus, la plupart des commerces restent fermés. Il y a eu plusieurs moments marLire la suite